Devis bois et granulés

Devis poêle et insert

27 avr. 2016

Interview de Lamine Badji, auditeur qualité granulés DINPLUS (I)


Alors que la consommation de granulés bois continue de croître en France, nous avons voulu interroger Lamine Badji, Ingénieur chef de projet Bioénergies indépendant et par ailleurs auditeur qualité pour les granulés certifiés DINPLUS.

L'idée est qu'il puisse nous expliquer
- ce qui "se cache" derrière une certification DIN PLUS (objet de la 1ere partie de cette interview) 
- et qu'il puisse partager les observations qu'il peut faire sur ce marché en tant qu'expert (dans une seconde partie).




- Pour débuter, pouvez-vous nous indiquer comment vous en êtes arrivé là ?
Je suis arrivé dans le bois énergie en 2001. Initialement dans le cadre d’un stage de fin d’étude d’ingénieur  spécialisé dans la valorisation énergétique des produits forestiers. J’ai eu la chance d’être accueilli et encadré par les pionniers de l’ITEBE (Institut Européen du Bois Energie) à Lons Le Saunier dans le Jura.
A cette époque, la structure était un des leaders en France et en Europe dans l’expertise technique et dans l’information (centre de ressources). Ma première mission concernait la mise en place de chantiers expérimentaux pour optimiser la production de plaquettes forestières en moyenne montagne.

A l’époque, il y ‘ avait 3 ou 4 producteurs de granulés en France. En bon visionnaire, l’institut avait déjà mis en place une charte qualité pour les granulés en 2006 et avait très tôt travaillé sur la qualité de la production des granulés (French Pellet Club). J’ai pu bénéficier de ce savoir-faire et eu la chance d’accompagner les premières certifications NF granulés Biocombustibles avec le FCBA en 2009.

Avec la disparition de l’ITEBE, je me suis rapproché de DINCERTCO en 2012 pour devenir leur auditeur qualité DINPlus sur la partie francophone.


- Lorsqu'un fabricant de granulés demande la certification DINPlus, vous vérifiez la véracité des informations fournies et vous réalisez aussi des contrôles dans les usines.

Lorsqu’un producteur de granulés souhaite obtenir la certification, la première étape est de remplir une demande de certificat et de remplir une fiche de renseignements présentant son activité, ses moyens de production. DINCERTCO vérifie la recevabilité de la candidature : moyens techniques en place, analyses physiques et chimiques préliminaires des granulés (s’il y a lieu), procédure qualité interne…

Une fois que cette première étape est satisfaisante, le producteur reçoit une offre d’audit comprenant les coûts de certification, d’analyses au laboratoire, de déplacement de l’auditeur, d’analyse et d’évaluation des résultats d’audit, de vérification des procédures et des équipements de contrôles qualités en interne.

Lorsque l’offre est acceptée par le producteur, un plan d’audit lui est transmis afin de préparer toutes les pièces documentaires nécessaires à la réalisation de l’audit. Ensuite une date d’audit est programmée sur le site de production.

L’auditeur se rend sur site et vérifie l’ensemble des exigences décrites dans le référentiel de certification. Les granulés produits devront être conforme aux exigences de la norme internationale ISO 17225-3.


- Pouvez-vous nous indiquer comment se passe le processus de certification et quels sont les points clés que vous contrôlez ?

Les points clés qui sont vérifiés et analysés par l’auditeur sont divers et variés selon les méthodes de travail des producteurs (scieurs, non scieurs, type de matières premières en entrée du site, …). De manière générale, nous vérifions :

1. LES MATIERES PREMIERES
L’origine, la source, les principales espèces forestières, la forme (grumes billons plaquettes sciures....), le stockage, le contrôle quantité et qualité à l’arrivée sur le site, la liste des fournisseurs…

2. LE PROCESS DE PRODUCTION

L’écorçage, la détection de métaux et autres corps étrangers, le broyage, le séchage, l’affinage, le mélange, les additifs (documents et procédures de formulation s’il y’ a lieu), la granulation proprement dite, le refroidisseur, l’aspiration de poussières et le tamisage, les séparations qualités, l’ensachage, le stockage de produits finis (sacs/palettes, vrac).

3. LE CONTROLE QUALITE EN CONTINU
La fréquence, les échantillonnages, les équipements de contrôles, le calibrage (pont bascule, mesures humidité, balance, masse volumique, ....), les résultats des tests en interne, la prise d’échantillons de 1,5kg par jour pendant 9 mois pour les sacs et pour chaque départ de vrac en camion souffleur. Un sac de 15kg et in échantillon de 5Kgs sont choisis pour être analysés dans un laboratoire indépendant reconnu par DINCERTCO. Les analyses de laboratoire devront aussi confirmer leur conformité avec les exigences mentionnées dans le référentiel de certification.







Les autres caractéristiques sont contrôlées par le laboratoire indépendant (taux de cendre ≤ 0.7 % et pouvoir calorifique inférieur (PCI) ≥ 16.5 MJ/kg ou ≥ 4.6 kWh/kg) mais aussi caractéristiques chimiques (soufre, chlore, azote, métaux lourds, et température de fusion des cendres).

4. LE MARQUAGE
Les inscriptions exigées sur sacs, sur documents de commande/vente, sur site internet et autre support, les appellations commerciales, les clients en sous-licence…

5. LES MODES DE DISTRIBUTION
Ventes en sacs, vrac, direct clients finaux ou revendeurs ou trader avec licence DINPlus, les camions souffleurs, leur immatriculation, le système qualité de la livraison…

6. LES RELATIONS CLIENTS
Les réclamations des clients (qualité intrinsèques, qualité livraison), la nature des réclamations et leur traitement...


- Une fois la fabrication certifiée, il y a un process de suivi dans la durée. En quoi consiste-t-il ?

La certification a une durée de 5 années. Elle est sujette à un contrôle annuel pour assurer la surveillance. L’auditeur réalise quasiment les mêmes contrôles annuels sur site afin de s’assurer du maintien de la qualité et du respect des exigences de la certification DINPlus par le producteur.


- Faîtes-vous aussi des contrôles sur le terrain ?

Les contrôles ne se font que sur les sites de production ou d’ensachage de granulés. Nous n’avons pas vocation à contrôler sur les points de vente et d’utilisation.

Toutefois, les réclamations des clients nous permettent, en cas de soucis ou de doute d’entamer des investigations pour remonter vers le fabricant ou distributeur incriminé et de résoudre les litiges dans un premier temps et ensuite vérifier que la société a mis en place des actions correctives pour ne plus avoir ces réclamations.


- Pensez vous que la certification DINPlus a beaucoup influencé le marché (les fabricants ou les utilisateurs) depuis sa création ?

DIN CERTCO a commencé à tester et certifier les combustibles bois densifiés (granulés et briquettes) depuis les années 1990, ce qui en fait un des tout premiers organismes de certification pour les combustibles issus de la biomasse. Nos certifications qualité de produits sont devenues internationales, et la marque « DINPlus » est synonyme de consommation orientée qualité. Nous pouvons facilement avancer que DINPlus a beaucoup influencé le marché pour les fabricants et les utilisateurs :

-    Pour le fabricant et le distributeur

La certification permet de prouver à ses clients la qualité de ses produits (granulés produits selon les exigences de la certification) et/ou de ses prestations (granulés stockés, transportés et livrés selon les exigences des certifications). Elle permet aussi de se différencier positivement sur le marché et d’avoir une meilleure communication sur ses produits.

-    Pour les utilisateurs 
La certification permet d’avoir des garantis sur la qualité des granulés (contrôlée et suivie par un organisme indépendant) afin d’obtenir une bonne combustion et d’assurer la pérennité de son investissement (poêles et chaudières à granulés).


Ces éléments j'espère, permettent d'en savoir plus sur DIN Plus.
Vous trouverez la liste des acteurs certifiés ici.

A suivre la 2e partie de l'interview pour aborder la vision marché de Lamine Badji :
SUITE ICI

Aucun commentaire: