Devis bois et granulés

Devis poêle et insert

14 mars 2017

Prix moyen du bois de chauffage en 2016

Nous le savons tous, la qualité du bois de chauffage reste un critère de choix pour tout utilisateur de poêle à bois. Cependant, le prix garde une place importante dans notre sélection.

C’est pour cette raison que nous avons décidé de réaliser une nouvelle édition de notre baromètre des prix du bois énergie afin de vous apporter des indicateurs clés dans le choix de votre fournisseur de bois énergie.

Le prix moyen du bois de chauffage constaté sur 2016 est de 69€ le stère.
C'est 3€ de moins qu'en 2015 et la première année ou une baisse est enregistrée depuis 2009.

Mais attention ce prix peut varier selon différents critères, comme la taille des bûches, leur conditionnement et la zone de livraison du bois de chauffage.

Détail des prix par taille des bûches


Les bûches de 33 et 50 cm représentent plus de 60% des ventes de bois énergie en 2016.
Il faut noter que plus le bois est taillé plus son prix est élevé.
Ainsi les bûches de 1m sont les moins chères à 57€ le stère quand les bûches de 25 cm ont un prix moyen au stère de 76€.
Le prix des bûches en 33 et 50 cm est à la hauteur de leur succès :
75€ le stère en moyenne pour les bûches de 33cm (quasiment équivalent au 25 cm) et 67€ le stère pour les bûches de 50 cm.
Cependant ces tarifs restent stables par rapport à 2014.
Seules les bûches de 0,25 cm enregistrent une légère baisse, autour de 3%.


Détail des prix du bois bûche par conditionnement


Le bois en vrac gagne encore quelques part de marché et représente en 2016 près de 80% des ventes de bois de chauffage.
Le prix moyen constaté sur le bois en vrac reste stable depuis 2014 et s’élève à 65€ le stère.
Le bois conditionné en palette perd quant à lui quelques part de marché (2%) et retrouve son niveau de 2012. Son prix moyen au stère augmente de 2% par rapport à 2014 et atteint 97€ le stère.



Détail des prix du bois bûches par zone de livraison

Selon qu’elles soient proches de zones boisées ou non, les régions françaises proposent d'importants écarts de prix pour un stère de bois bûches.

Prix moyen national constaté sur les bûches de 33 cm en vrac


Prix moyen national constaté sur les bûches de 50 cm en vrac


Les régions ou le tarif du bois bûches est le plus intéressant sont la Bourgogne, la Franche-Comté, la Champagne Ardennes et le Limousin.
Les régions ou le bois énergie est le plus couteux sont la Bretagne, le Languedoc-Roussillon et les Pays de la Loire.

Pour bien choisir votre bois de chauffage retenez qu'il faut opter pour un bois sec, dont le taux d'humidité est inférieur à 20% (pour une consommation immédiate) ainsi que des essences de bois dur (charme chêne frêne hêtre...).
Également un gage de qualité les labels type NF ou France Bois Bûche.

Pour faire des économies et si vous êtes équipé, vous pouvez choisir des bûches de 1 à 2 mètres qu'il vous faudra ensuite fendre à la taille souhaitée. N'achetez pas votre stock de bois à la dernière minute ! Pensez à le commander dès le printemps. le bois pourra ensuite prendre le temps si nécessaire, de finir de sécher tout au long de l'été.

Pour retrouvez le fournisseur de bois le plus proche de chez vous rendez-vous sur bois-de-chauffage.net.

18 janv. 2017

Voeux 2017

En cette période de grand froid, il est grand temps de vous souhaiter une chaleureuse année!

BONNE ANNEE A TOUS



30 nov. 2016

Rencontre avec le Syndicat National du Bois de Chauffage



1/ Bonjour Mr Daude, Vous etes Président du SNBC (Syndicat National du Bois de Chauffage), pouvez-vous nous présenter ce syndicat et ses missions ?
 

 Le Syndicat National du Bois de Chauffage a pour objectif de défendre les intérêts des producteurs de Bois de Chauffage.

Créé en 2006 à l’initiative des professionnels du Grand Ouest de la France, le SNBC développe aujourd’hui son rayonnement sur l’ensemble du territoire afin de représenter l’ensemble des entreprises du métier de producteur de bois de chauffage.

Le SNBC a participé en 2007 aux Assises de la Forêt à l'occasion du Grenelle de l'Environnement.

Des propositions ont été faites et il avait été alors demandé de mettre en place une démarche de qualité sur nos produits, ce qui a été fait en 2010 avec la mise en place de France Bois Bûche grâce aux soutiens des interprofessions régionales du bois.

Des partenariats sont engagés avec les groupements et syndicats régionaux afin de maintenir les réflexions locales et faire remonter les préoccupations du terrain. Les principales actions menées par le SNBC sont :
- La lutte contre le commerce et le travail illégal
- La défense du taux de TVA à 5,5%
- Le respect du cahier des charges de l'Office National des Forêts sur la transformation du Bois de Chauffage en bord de route
- La nécessité d’une existence au sens statistique : nécessité d'obtenir un code NAF
- La défense de l'accès à la profession : réglementation liée à la formation professionnelle et éclaircissement du statut d'auto-entrepreneur.


3/ Le syndicat est aussi la représentation de syndicats inter-regionnaux, c'est cela ? Quels sont ils ?

En effet. Les voici :
- SIBC : Pays de la Loire,Bretagne
- SLBC : Lorraine
- SEIBE RA : Rhône-Alpes


4/ La filière bois de chauffage communique peu ou pas. Les intérêts des fabricants d'appareils de chauffage au bois (SER) ou des fabricants de granulés (SNPG, ProPellet) des fabricants de bois energie pour le collectif (CIBE) semblent bien mieux représentés. Vous en convenez ? Ressentez vous ce manque de représentativité quand vous discutez avec les instances nationales ? 

Malgré les communications régulières nous constatons que les pouvoirs publics cautionnent les activités parallèles (travail au noir ou marché gris ndlr). Nous sommes écoutés dans certaines régions (Centre, Poitou Charentes) au niveau de la lutte contre le travail illégal ou la méthodologie de travail mais il a fallu une véritable mobilisation des professionnels locaux. Ce n'est pas le cas au niveau national.


5/ A quoi est du ce manque de cohésion selon vous ? Manque de temps, manque d'argent, manque de solidarité ... ? 

Le nombre d’adhérents est en progression mais encore trop faible. La solidarité a du mal à exister dans un monde très concurrentiel au niveau professionnel.

L’adhésion peut représenter une « taxe » supplémentaire pour des activités peu lucratives. Les professionnels manquent de temps car ils sont engagés à 100% dans leur travail. Ils ont besoin de sentir qu’ils sont soutenus par une structure.

S’il n’y a pas de priorité pour lutter contre le commerce illégal au niveau départemental, il ne se passera rien. 




6/ L'équipe de Bois-de-Chauffage.Net est souvent en contact avec des professionnels. Qu'aimeriez-vous que nous leur disions à propos du SNBC ?

Il est important d’adhérer pour faire poids.


Un site pour aller plus loin : http://sn-bois-de-chauffage.com/

21 nov. 2016

Les maux du bois de chauffage






Ce sont bien souvent les mêmes causes que l'on rencontre quand on a un problème avec un achat de bois de chauffage. Voyons les soucis dont on entend parler :


Le bois de chauffage fume ou charbonne

Si le bois de chauffage qui vient d'être allumé fume généreusement ( à ne pas confondre avec la fumée de l'allume feu et autres produits) il s'agit probablement de vapeur d'eau qui s'échappe du bois.

Un bois sec contient 20% d'humidité, il donc  normal, quelque soit le séchage du bois de voir ces petits nuages de vapeur. Cela devient plus inquiétant quand leur apparition dure : le bois n'arrive pas à se débarrasser de son eau, il ne monte pas en température et il n'y a pas d’incandescence.

Problème : Le bois est trop humide (Autre cause possible : manque d'air comburant)
Solution : Le laisser secher. S'il a pris la pluie (et qu'il était sec à coeur) une semaine suffira. S'il n'était pas sec à coeur...patience avec un stockage dans un endroit abrité et ventilé.


Le bois de chauffage mousse

Vous avez beau chauffé le bois, les flammes ne viennent pas ou timidement, et sur les extrémités des buches, de la mousse d'eau se forme.


Problème : Idem, le bois est clairement trop humide
Solution : Le laisser secher. S'il a pris la pluie (et qu'il était sec à coeur) une semaine suffira. S'il n'était pas sec à coeur...patience avec un stockage dans un endroit abrité et ventilé. En songez à utiliser un testeur d'humidité comme celui ci... Si la mesure n'est pas ultra fiable, elle donne tout de même de bonnes indications.



Le bois de chauffage est pourri



Première chose : voir de la mousse, des champignons ou autres indices sur le bois n'indique pas avec certitude que le bois est pourri ou humide.
Le Bois a pu être stocké pendant 1 an à l'extérieur, période pendant laquelle le bois a souffert, avant qu'il ne soit débité/stocké/séché/livré.

Il faut une très longue période d'exposition aux intempéries et à l'humidité pour que le bois pourrisse.

Problème : Si le bois est effectivement pourri, il a perdu une partie de son pouvoir calorifique. Il chauffera...mais moins, voire nettement moins.
Solution : Si possible, discutez de ce problème avec celui qui vous a mis ce combustible à disposition. S'il est bien sec, utilisez le pour démarrer le feu.


Le bois de chauffage claque ou crépite


Le bois fait du bruit dans votre cheminée, cela crépite, cela "pétarade".

Problème : Cela vous inquiète. Il y a des projections brûlantes de temps en temps.
Solution : Le problème vient sans doute du type d'essence de bois utilisé. Ce souci est fréquent avec un châtaignier. Changez d'essence. Evitez de mettre des matériaux inflammables devant votre appareil de chauffage. S'il est ouvert, mettez une grille  et peut être une plaque de protection (en fer avec le service de john-steel.com que j'ai testé et appréci"; ou en verre).



Et globalement évitez des déconvenues en passant par des professionnels.
Vous en trouverez à côté de chez vous via Bois-de-Chauffage.Net .
Profitez en pour discuter avec eux de la qualité de leurs produits et de leurs services !

20 sept. 2016

Revue de presse interactive #28


Allez, voici la 28e édition de notre petite revue de presse interactive. La dernière remontait à Novembre...

Bon c'est la rentrée alors c'est le moment ou jamais de penser positif. ON ne va donc lister que des nouvelles positives pour le chauffage au bois et l'environnement.




C'est parti :

  • D'abord le prix du gaz repart à la hausse.
    +0.4 en Juillet, +2% en Aout ...c'est moyen pour le porte monnaie, c'est sans doute bien pour l'environnement.
    ► lire l'article


  • L'état commence à donner une vraie valeur au carbone. La production de CO2 liée à l'énergie gaz ou au fuel va commencer à peser sur le cout de ces énergies. Ce n'est que le début et cela prendra du temps pour être véritablement impactant mais le signal est donné.
    ► lire l'article


  • Oui on peut lutter contre les émissions de particules du chauffage au bois sans pénaliser les particuliers !
    Le fonds Air bois lancé par la région Ile de France le prouve.
    Cette aide de 1000€ pour les franciliens qui veulent renouveler leur appareil à bois ne peut que aider à relancer les achats d'appareils de chauffage au bois (performants).
    ► lire l'article


  • Le chèque énergie concerne aussi le bois énergie.
    Cette nouvelle aide pour les foyers modestes leur permet d'acheter du combustible.
    ► lire l'article


  • Le marché du granulé de bois n’en est qu’à ses débuts nous rappelle Bioenergie Promotion.
    ► lire l'article


  • Les Intentions d'achat en appareil de chauffage au bois sont reparties à la hausse en 2016.
    ► lire l'article


  • De plus en plus de ménages investissent dans des parcelles boisées pour se chauffer.
    ► lire l'article

  • Enfin original: En Isère une plateforme de bois récolte 80 000€ en financement participatif.
    ► lire l'article

12 sept. 2016

Bois de chauffage humide ou bois sec ?


Les avantages d'un bois sec ?


On sait bien qu'un bois sec est bien plus facile à allumer qu'un bois humide, qu'il se consume mieux, qu'il libère plus de calories (meilleur rendement ou PCI pour être exact - Cf graphe de l'etude Ademe brittBois & Fibois 2002) et moins de particules imbrulées.




Quelle est l'unité de mesure ?


On parle bien sur de pourcentage d'humidité.
Ex. mon bois contient 23% d'humidité

La question est de savoir si on prend comme référence le poids du bois sec (anhydre) ou si on prend comme référence le poids initial.

En effet selon la référence de départ, on pourra dire d'un même bois qu'il a 30% d'humidité dans le 1er cas et  environ 25% dans le second.

Si la 1ere référence est celle utilisée dans la construction et l'industrie, dans le secteur de l'énergie on prend le poids initial comme référence...C'est donc celle là qu'on utilisera pour le bois de chauffage.



Comment  mesurer le taux d'humidité du bois de chauffage ?


La seule véritable mesure fiable se fait via une étuve. C'est cher et cela prend 24h...

Les particuliers utilisent des petits testeurs d'humidités comme celui la mais la mesure n'est pas précise et ne se fait qu'en surface; elle est seulement indicative .
Les professionnels ont des outils similaires pouvant parfois mesurer le taux au coeur du bois. Ces outils sont chers mais malheureusement une étude Fibois indiquait qu'ils n'etaient pas tres fiables non plus.

Bref, bien souvent cette mesure ne sera  qu'un indicative (pour donner un ordre d'idée)  et l'allumage du feu sera le juge de paix : Mon bois s'enflamme t'il bien ?



Quel taux viser ? Quel est l'impact du temps de séchage ?


C'est Gael Simon de l'Ecole du Bois qui va nous donner quelques éléments de réponse :

Il y a 2 facteurs d'humidité dans le bois:
- soit il s'agit d'eau a l'intérieur des veines du bois
- soit il s'agit d'humidité dans les fibres du bois.

Si le bois est resté à sécher sans contact direct avec l'eau, le bois va d'abord se libérer de l'eau qui stagne dans ses veines. La vitesse de ce processus sera dépendante de la température exterieure et de l'essence du bois.

Les fibres a elles seules ne pourront jamais contenir plus de 25% d'humidité.
On peut donc dire qu'un bois est sec en dessous de 25% d'humidité.

Si un bois sèche longtemps, d'autant plus s'il est fendu, le taux d'humidité va baisser. Si le bois est ensuite remis dans un milieu humide (ex. un garage mal ventilé) sans etre en contact direct avec l'eau, le taux d'humidité ne pourra pas remonter au dessus de 25% (les fibres peuvent se recharger en eau, pas les veines s'il n'y a pas de contact direct).

Mais faut il prendre 25% comme point de repère ?
Nombre de professionnels (parmi France Bois Buche notamment ou parmi les fabricants d'appareils de chauffage au bois ) recommandent d'utiliser un bois à moins de 20% d'humidité.



Mais le plus simple dans tout cela ...c'est :
- soit d'acheter un bois qui a été séché en séchoir (souvent cher) ou d'acheter du bois densifié (à 7% d'humidité)
- soit d'acheter son bois en avance et de le laisser sécher 1 an avant usage (sous abris).
Dans tous les cas on abordera le sujet du taux d'humidité du bois avec le professionnel avant d'acheter son combustible !