Devis bois et granulés

Devis poêle et insert

24 sept. 2011

Compte Rendu du colloque GreenPellets à Rennes

L'association AILE organisait vendredi 23 Septembre une conférence a l'EME de Rennes sur le développement des filières agrocombustibles.
Elle présentait les fruits de ses travaux pour déterminer si les produits issus de l'agriculture pourraient permettre de produire de la chaleur, avec quels risques et quelles opportunités ?

Tout au long de cette journée, il a été question de maitrise de l'énergie bien sur mais aussi d'environnement, d'agriculture et de politique qui pourrait simplifier les projets énergétiques.

L'approche de l'AILE est très visionnaire puisqu'il ne s'agissait pas de traiter du bois énergie et des déchets verts mais de voir comment des produits agricoles pourraient aider a satisfaire la demande en énergie si les ressources bois et déchets devaient être trop sollicitées.

L'association a donc présenté les résultats de son projet :  

- Les types d'agrocombustibles envisageables à savoir :
* les résidus herbacés
* les résidus de culture (paille, sarments..)
* les cultures annuelles (chanvre..)
* les cultures pérennes (miscanthus..)  

- Les types de débouchés :
* les projets de chaufferies locales de grosse puissance comme celle de Lin2000 qui a donné lieu a la création d'un réseau de chaleur pour 230 logements HLM, 1 college et un hopital
* les projets de chaufferies industrielle à l'image de Coopedom, coopérative qui a baissé sa consommation d'énergie fossile de 89% en 3 ans notamment en mettant en place un foyer biomasse (bois et 400 ha de miscanthus) pour déshydrater les fourrages de ses 800 adhérents
* les projets de chaufferie pour les exploitations agricoles
* les projets de chaufferie pour particuliers ou logements collectifs à taille réduite.

- L'impact agricole car les agrocombustibles nécessitent de mobiliser les surfaces agricoles en particulier auprès des éleveurs bovins.
La région Bretagne a par exemple décidé de dédier 3% des surfaces à des cultures énergétiques en veillant à ne pas bousculer un système qui doit d'abord répondre aux besoins alimentaires.

- les essais de combustion par type de biocombustibles:
14 combustibles ont été testés au CSTB par rapport aux normes en vigueur (avec controle sur le terrain et comparaison avec le bois). Les mesures concernaient :
* le rendement
* les émissions (pour limiter les risques de pollution atmosphérique et de corrosion)
* la production de cendres.

En terme de rendement et d'émission de gaz a effets de serre, tous les produits respectaient les referenciels actuels et a venir (sauf les sarments)
Le bois énergie apparait comme le combustible le plus performant/propre et justifie sa position de référence Le Miscanthus soulève la question du machefer comme le switchgrass.
Le chanvre libère trop d'Azote mais ce n'est pas un facteur redhibitoire. D'ailleurs la teneur en Azote dépend du mode cultural. Son PCI est un peu faible.
Paille de blé, paille de colza (qui encrasse), sarments, roseau (Azote Chlore Soufre), posent plus de problemes. Et il conviendrait de trouver des solutions techniques (melange avec du bois, filtration..) pour aller plus loin avec ces combustibles.

Ces constats que vous retrouverez sur le site de Greenpellet, invite :
- à vérifier la qualité des combustibles (respecter les normes d'Obernberger)
- à mesurer en permanence les composants des combustibles qui varient beaucoup d'un lot à l'autre (même des combustibles venant d'une même parcelle)
- à adapter les chaudières au combustible utilisé
- à régler la chaudière (cela permet une diminution par 10 des émissions de CO et de 3 a 5 pour les COV) en gérant les apports de combustibles, le débit d'Air et le facteur d'air (entre 1.5 et 2.5)*
- tout en gardant en tête l'impact économique global.

Ce colloque aura donc permis de mettre en lumière le travail très précis de l'AILE et de ses partenaires (Life, Ademe...) mais aussi de partager des informations précises pour mieux préparer le futur. Dommage qu'il ait été tant question des chaudières et chaufferies et pas des poeles qui sont eux aussi à même d'absorber des agrocombustibles pour le bonheur des particuliers.
En tout cas on ne manquera pas de vous tenir informés de l'évolution des biocombustibles, en espérant que d'autres initiatives comme celle de l'AILE voient le jour !



Les Saules Ecolos M Rennes - 2006 par ouestcuma

Aucun commentaire: