Devis bois et granulés

Devis poêle et insert

24 janv. 2013

Les plaies de la forêt



C'est la suite de mon article qui était paru dans le Magazine "CONSTRUIRE EN BOIS - Maisons d'ambiance" d'Octobre Novembre Décembre 2012 (reproduit avec leur autorisation)
Vous retrouverez la 1ere partie de cet article ici


"-    Si la surface des forets croie légèrement en France , ce signe apparent de bonne santé cache 2 problèmes de fonds.
* D’abord les forets privées , très morcelées, sont globalement mal gérées. Les propriétaires forestiers ne sont pas assez mobilisés.
* Quant aux forêts publiques, des surexploitations locales (régionales) menacent. Il faut investir dans les forêts pour assurer son avenir. La gestion de 27% du territoire doit être l’affaire de tous.


- On manque de bucherons pour faire ce travail.
« C’est un métier qui n’est pas suffisamment valorisé » disait Le Président  Sarkozy a Egletons en 2011 . «Il  faudrait être con pour faire ce métier pour le smic » enchaîne Mr Mulot de la société CBS. «  Résultat Il n’y aura bientôt plus de bucherons mais faut pourtant bien des mecs pour faire vivre la foret et aller chercher le bois » .  Du coup la main d’œuvre vient des pays de l’Est ; ce qui ne va pas sans créer un nouveau fléau…


- Le travail au noir gangrène la filière à tous les niveaux
Cela peut concerner
* l’exploitant ou le bucheron qui revend illégalement  les têtes de chêne qui n’intéressent pas l’exploitant  ou qui emploie du personnel étranger  dans des conditions de misère, declarés ou non (Voir le numéro de Juillet « Le bois illégal ».
* Le Paysan qui utilise sont matériel et son diesel subventionné pour arrondir ses fins de mois avec ses petits bois
* Les particuliers  qui profitent de l’Affouage proposé par les  communes forestières (qui représentent jusqu'à 40% des surfaces dans l’Est par exemple).  Avec une consommation de 40 stères par personne, les familles sont vite nombreuses…
On retrouvera bon nombre de ces acteurs dans les petites annonces des journaux locaux ou dans les annonces locales sur Internet…





Comme le signale Olivier SILBERBERG  d’Arbocentre qui pilote Centre Bois Buches
‘La proportion du travail au noir est très importante ;  sur 1.5 millions de m3 consommés chaque année dans le centre, les statistiques en retrouvent 15% liés à une activité déclarée. »
Cette situation met sous pression sur les revendeurs de bois énergie spécialises qui, s’ils ne ferment pas comme la société  S-B-E de Mr Oriol en Juin dernier, doivent travailler dans des conditions difficiles sans pouvoir se permettre de financer une qualité de combustible que peu de clients savent au final valoriser . ‘Pourquoi payer 1 ou 2 euros de plus ?’ se demandent-ils…"



Aucun commentaire: